Ouverture de la 2ème édition du salon « ICT Maghreb » à Alger

Le salon international des technologies de l’information et de la communication « ICT Maghreb » s’est ouvert lundi au Palais de la Culture Moufdi Zakaria (Alger) avec la participation de 150 exposants nationaux et internationaux dont les principaux acteurs algériens du secteur des technologies de l’information et de la communication.

Inauguré en présence de membres du gouvernement et de représentants du corps diplomatique accrédités à Alger, l’ICT Maghreb qui est à sa deuxième édition,réunit des entreprises activant dans différents domaines liés aux TIC dont 20 nouvelles start-up.

En plus de l’opportunité qu’il offre aux exposants de se retrouver face à des décideurs et professionnels IT afin de leur proposer leurs solutions dans le cadre des grandes tendances digitales actuelles du marché, le salon permet également aux visiteurs d’accéder au marché de toute la région du Maghreb en une seule action, expliquent les organisateurs, précisant que plus de 500 produits et services dans le secteur des TIC sont disponibles en un seul lieu.

Organisé sur trois jours, cet évènement ambitionne de devenir le carrefour d’échange entre professionnels et experts des TIC, attirant décideurs et donneurs d’ordre publics et privés.

Le salon regroupe dans un lieu unique les décideurs IT et constitue un lieu de réflexion et d’échanges pour faire avancer les projets, estiment les organisateurs qui prévoient une quarantaine de conférences-débats et ateliers thématiques durant la manifestation.

Le ministre de la Numérisation et des Statistiques, Hocine Charhabil  a affirmé, à l’occasion, que les objectifs de ce salon « correspondent parfaitement » à ceux de son ministère qui œuvre à « encourager le dialogue et la consultation autour de la transformation numérique ».

Le parrainage de ce salon par le ministère de la Numérisation, a-t-il poursuivi, « témoigne de notre volonté et de notre engagement à élaborer une approche globale et commune susceptible de permettre la mise en place des mesures concrètes visant à réaliser la transformation numérique souhaitée ».

Il a estimé, à ce titre, que le salon constitue un « espace de réflexion » devant permettre « l’identification des priorités pour accélérer la numérisation de l’administration, de l’économie et de la société algériennes ».   

M. Charhabil a annoncé, à ce propos, que la loi relative à la numérisation et les textes d’application sont en cours d’élaboration, soulignant que son département œuvrait à susciter les interactions nécessaires entre le secteur public et privé dans le cadre du projet visant à créer des pôles d’innovation numérique à travers les quatre coins du pays.

Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’économie du savoir et des start-up, Yacine El-Mahdi Oualid, a estimé, de son côté, que l’Algérie est appelé à « relever de nombreux défis décisifs pour l’avenir du pays dont celui de la transformation numérique », soutenant que « beaucoup a été fait dans ce sens, mais le chemin reste encore long ».

Le secrétaire général au ministère de la Poste et des Télécommunications, Abderrezak Henni, a rappelé, pour sa part, que des « efforts considérables » ont été accomplis par son département pour promouvoir les TIC en Algérie, alors que la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a mis en avant l’importance des TIC dans le monde de la culture.

Pour rappel, la nouvelle édition de « ICT Maghreb » verra l’organisation d’un concours pour récompenser les meilleures innovations.

Ce concours est considéré par les organisateurs comme « un véritable accélérateur pour propulser de nouvelles sociétés à fort potentiel » et permettre de « découvrir et de mettre en lumière de jeunes talents dans la catégorie étudiant ou ayant lancé une activité particulièrement innovante dans le domaine IT ».

Les résultats du « Baromètre DSI 2021 » seront également présentés à l’occasion de la nouvelle édition de l’ICT Maghreb. Ce Baromètre a pour objectif de « faire un état des lieux de l’intégration des TIC dans l’entreprise algérienne, de mieux cerner les besoins des décideurs IT, leurs priorités pour 2022/2023, ainsi que de mesurer l’adéquation entre leurs besoins et les solutions proposées sur le marché ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.