Nous sommes dans une dérive réactionnaire et “contre-révolutionnaire” !

En Algérie, «nous n’assistons pas à un retour du Hirak tel que nous l’avons connu en février 2019, mais à quelque chose de nouveau, d’inquiétant et même de dangereux pour la stabilité et la cohésion nationale», affirme à Sputnik Samir Bouakouir, haut cadre du parti FFS, qui pointe «une dérive réactionnaire et “contre-révolutionnaire”».

La nouvelle administration américaine est composée en grande partie de l’ancienne équipe Obama qui a promu «le Printemps arabe» dans plusieurs pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA), dont la Syrie, l’Irak et la Libye qui ont été dévastés par la guerre. En effet, la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 suite à l’intervention de l’Otan sous instigation française a eu un effet dévastateur sur la stabilité et la sécurité de la région, notamment au Sahel.

Dans ce contexte, la reprise des marches hebdomadaires du Hirak en Algérie, lors desquelles des slogans très violents à l’égard de l’armée sont scandés de manière coordonnée à travers tout le territoire, pose plus d’une question sur l’identité et les objectifs des parties qui tirent les ficelles de ces manifestations. En effet, plus de deux ans après son début le 22 février 2019, le Hirak, qui n’a ni réussi à dégager une seule et même direction, ni à développer un projet alternatif à celui du pouvoir qu’il décrie, semble avoir été récupéré par des «organisations islamistes aux ramifications internationales et par les séparatistes».

Dans un entretien à Sputnik, Samir Bouakouir, ancien secrétaire général du plus vieux parti d’opposition algérien, le Front des forces socialistes (FFS), et actuel conseiller politique du nouveau président du parti, analyse la situation à l’aune de toutes ces données, pointant directement les parties qui tentent de déstabiliser le pays tout en reprochant au pouvoir son immobilisme. Ainsi, il propose une porte de sortie par le haut afin d’éviter un glissement de la situation aggravée par une crise économique, financière et sanitaire sans précédent à l’échelle nationale et internationale, porteuse de danger pour la paix et la stabilité dans le monde.

Pour plus de détails, cliquez ici Sputniknews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *