Entre liberté et nationalité !

À gauche la statue de la Liberté qui trône à New York. À droite une jeune femme amazighe du sud marocain.

L’architecture de la statue symbole des USA est inspirée selon des recherches non de la mythologie grecque main bien de la tenue de la femme amazighe détentrice de liberté absolue et de pouvoir chez tous les peuples amazighs en Afrique du Nord avant l’arrivée de l’Islam.

Les Aurès ont donné naissance à Dihya, la cheffe des armées qui ont résisté à Okba. Les Touaregs ont été gouvernés par la sublime reine Tin Hinan, d’ailleurs les Touaregs reste la seule société matriarcale jusqu’à aujourd’hui, et la Kabylie a vu l’émergence de Fadma N Soumeur, première révolutionnaire contre le colonialisme français. Cette liberté chérie, chantée par les aèdes, célébrée par les poètes et écrivains, défendue par les peuples et sculptée par les artistes est une réalité chez nous.

Le mot Amazigh signifie homme (et femme) libres. Ce n’est pas la déchéance d’une nationalité arabo-islamiste, symbole de soumission qu’autre chose, qui va changer la donne. Nous resterons libres et nous vous combattrons pour conquérir et préserver cette valeur ancestrale à notre peuple : Tilleli.

Ahviv Mekdam, Universitaire et militant politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.