Algérie : Cafouillage autour du projet de loi électorale

Il y a un certain cafouillage autour du projet de loi électorale que le Conseil des ministres a adoptée dimanche 7 mars, sous la présidence du chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune. Des spécialistes ont relevé une contradiction flagrante dans le communiqué du Conseil des ministres qui a sanctionné la réunion en question.

En fait, la réunion a adopté le projet de loi électorale présentée par la commission présidée par le juriste Ahmed Laraba. Mais selon le communiqué rendu public à l’issue de cette réunion, le chef de l’Etat a donné des consignes pour apporter des changements dans le texte en question. Et les orientations de Abdelmadjid Tebboune données après l’adoption du texte ne passent pas.

En effet, le communiqué du Conseil des ministres a explicitement affirmé que Tebboune avait donné ses orientations après l’adoption du texte proposé par le ministre de la Justice. Cela peut paraître absurde, surtout que le communiqué en question énumère les thèmes concernés par les nouvelles directives du chef de l’Etat. Des thèmes aussi importants qui nécessitent de nouvelles discussions et une nouvelle adoption.

« Les choses marchent à l’envers… »

D’ailleurs, le Dr en droit Ahmed Betatache n’a pas manqué de signaler cette anomalie dans une publication sur Facebook. L’ancien Premier secrétaire national du FFS a choisi un titre expressif et instructif à sa publication, à savoir « Les choses marchent à l’envers au Conseil des ministres en Algérie : Des directives après l’adoption du texte ».

Pour Ahmed Betatache, si les directives portaient sur la mise en œuvre du texte, cela aurait été acceptable, mais quand elles concernent des points du texte, cela est inacceptable. Ces directives auraient pu être données lors d’une précédente réunion du Conseil des ministres, précise-t-il. Le juriste et enseignant à l’université de Bejaïa pense qu’il est probable que le rapporteur du texte a fait une erreur, en transformant un résumé des amendements apportés à la loi électorale présenté par Abdelmadjid Tebboune, en des directives insensées après l’adoption du texte.

Pour rappel, le projet de loi électorale que le chef de l’Etat veut faire adopter par ordonnance présente des nouveautés que les partisans de Abdelmadjid Tebboune présentent comme une amélioration, alors que d’autres estiment qu’il sera une source de nouvelles difficultés pour les partis. Particulièrement les dispositions imposant 50% de femmes parmi les candidats de la liste.

Cliquez ici pour lire l’article original www.observalgerie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.